questionnaire de proust


Le principal trait de mon caractère 
la discrétion
La qualité que je préfère chez un homme 
la finesse d’esprit
La qualité que je préfère chez une femme 
la témérité
Ce que j'apprécie le plus chez mes amis 
la loyauté
Mon principal défaut
ma lenteur
Mon occupation préférée
regarder des films et en parler pendant des heures, mais aussi lire, dessiner et marcher
Mon rêve de bonheur
l’amour absolu
Quel serait mon plus grand malheur
la solitude absolue
Ce que je voudrais être
meilleure
Le pays où je désirerais vivre
celui où le temps s’écoulerait moins vite
La couleur que je préfère
le rouge
La fleur que j'aime
l’anémone
L'oiseau que je préfère
le rouge-gorge
Mes auteurs favoris en prose
aujourd’hui Hermann Hesse, Henry James
Mes poètes préférés
Rimbaud
Mes héros dans la fiction
tous les personnages des films d’Howard Hawks
Mes héroïnes favorites dans la fiction
Veronica Dreyer, Marianne Renoir, Natacha Von Braun, Odile, Nana Kleinfrankenheim, Angela = les personnages d’Anna Karina dans les films de Godard
Mes compositeurs préférés
Bach, Burt Bacharach, John Lennon, Paul McCartney, Jay Alansky
Mes peintres favoris
Le Caravage, Caspar David Friedrich, Whistler, Caillebotte, Albert Joseph Moore, Marlene Dumas, Bouguereau, Andy Warhol, Alice Neel, Aya Takano, Yoshitomo Nara
Mes héros dans la vie réelle
les optimistes et ceux qui ont foi en quelque chose
Mes héroïnes dans l'histoire
les oubliées
Mes noms favoris
illumination, mélancolie, épiphanie
Ce que je déteste par-dessus tout
passer des heures à tenter de comprendre comment fonctionnent les ordinateurs, les logiciels, les applications…
Le fait militaire que j'admire le plus
aucun
La réforme que j'estime le plus
l’abolition de la peine de mort
Le don de la nature que je voudrais avoir
l’imagination, la volonté et j’aimerais bien être expansive aussi
Comment j'aimerais mourir
aimée et sage
État présent de mon esprit
amoureux
Fautes qui m'inspirent le plus d'indulgence
celles que je comprends
Ma devise
« Ce que l’on te reproche, cultive-le, c’est toi. » Jean Cocteau